Shampoing zéro déchet – Pachamamaï

Accompagnement musical proposé : Les Cheveux longs – Les Gordon
Accompagnement gustatif proposé : Curry végétal

Lors de la Veggie Pride, j’ai eu l’occasion de passer devant le stand de la marque Pachamamaï.
Comme beaucoup de personnes attentives aux marques éthiques et s’aventurant vers le zéro déchet, j’en avais entendu parler sans pour autant passer le cap et acheter leurs produits. Ayant enfin terminé mes précédents shampoings « conventionnels » (comprenez : bio mais pas en poudre), c’était l’occasion idéale pour tester l’un d’eux !
En effet, autant j’apprécie les pouvoirs lavants des poudres comme le Shikakaï, le Reetha ou le Rhassoul, autant j’aime également avoir à disposition un shampoing tout prêt, liquide ou non, pour les cas où je suis extrêmement pressée ou lors d’un voyage. Dans mon désir de réduire mes déchets, il me semblait évident qu’il me fallait renoncer aux shampoing liquides puisqu’ils sont forcément porteurs de déchets plastiques : Pachamamaï fait parti des marques ne proposant que des shampoing solides et c’est un excellent point.

Stand de Pachamamaï

Lors de ma discussion avec les créateurs, nous avons évoqué la Savonnerie du Zèbre qui est l’un de leurs points de vente. J’ai visité leur boutique, en face du château de Azay-Le-Rideau il y a deux ans et j’avais été charmée par la passion du propriétaire lorsqu’il parlait de ses savons ainsi que de leur fabrication. Plusieurs points sont déjà réunis pour que leurs produits me séduisent : zéro déchet, gentillesse des vendeurs et créateurs ainsi qu’une éthique importante derrière.
Qu’en est-il du shampoing en lui-même ?

J’ai testé le Notox, c’est le marron que l’on peut voir sur la photo ci-dessus. Il est recommandé pour les cuirs chevelus à tendances grasse et pelliculaire – pile pour moi, chouette …
Voici la liste des ingrédients, vous pouvez les retrouver sur la liste INCI
Sodium cocoyl isethionate (tensioactif doux issu de la noix de coco), tulsi* (poudre ayurvédique), sodium lauroyl lactylate (tensio-actif doux issu du colza), huile de coco*, vinaigre de cidre*,  (* bio).
INCI : Sodium cocoyl isethionate, ocimum sanctum leaf powder, sodium lauroyl lactylate, cocos nucifera oil,, acetum.

Le point qui m’a fait me décider pour cet achat est la présence de Tulsi. Je connais bien cette poudre pour l’avoir utilisée à plusieurs reprises ces dernières années suite à des épisodes de grattouilles et de pellicules indésirables (sèches ou grasses, j’suis pas sectaire) et son efficacité est proprement redoutable. Je suis donc partie confiante avec mon produit qui coûte 12,50€ que je vais conserver plus d’un an vu mon rythme de lavage (une fois par semaine, en alternant plus d’une fois sur deux avec des poudres).

Lors du premier essai, je n’avais pas fait de bain d’huile avant et ai juste lavé mes cheveux normalement (c’est-à-dire juste les racines puisque les longueurs n’en ont pas besoin) sans laisser poser le shampoing. Le résultat a été parfaitement satisfaisant, mes cheveux sont ressortis propres et doux, avec nettement moins d’envie de me gratter le crâne et sans pellicule (ces problèmes étant liés à mon récent déménagement et à l’eau utilisé, ainsi qu’à la fatigue). La deuxième fois, j’avais auparavant laissé poser un bain d’huile une heure avant pour vérifier son efficacité et là encore, j’ai été totalement satisfaite ! Sans insister particulièrement, j’ai simplement passer le galet de shampoing sur mes racines après les avoir imbibées d’eau avant de masser doucement pour faire mousser – car oui, il mousse, c’est suffisamment rare chez les shampoing bio pour le souligner. En une seule fois, l’huile avait été nettoyée et mes cheveux nourris et soignés. Sans faute !
De plus, et c’est un point très positif auquel je ne m’attendais pas, il aide à réduire le rythme de lavage. J’ai l’habitude depuis des années de les laver une fois par semaine seulement mais les deux derniers jours sont souvent peu propices pour me voir sous mon meilleur jour. Or, il me semble, depuis que j’utilise ce produit, que je tiens réellement une semaine sans forcer aucunement … Je vais donc probablement pouvoir encore espacer, et c’est doublement positif : pour l’écologie et pour mon porte-monnaie !

Côté odeur, il est probable qu’elle puisse gêner des gens peu habitués aux produits naturels : il sent le henné. Me teignant les cheveux avec depuis quatre ans, j’ai appris à apprécier cette odeur mais il est possible qu’elle demande un temps d’adaptation si vous n’avez pas pris l’habitude. Néanmoins, même si cette odeur de foin séché/henné est en effet présente, elle n’est absolument pas dérangeante et surtout ne reste pas une fois les cheveux séchés (contrairement au henné, ahem).

Néanmoins, un point à améliorer à mon avis : la praticité du pain de shampoing et la perte que l’on peut avoir si on le pose à même une coupelle. La meilleure solution consisterait selon moi à intégrer à ce produit une cordelette – comme c’est fait parfois pour les savons de la Savonnerie du Zèbre – afin de le suspendre dans la douche, de façon à ne rien gâcher du produit.

En résumé, si vous cherchez un shampoing :
– zéro déchet
– doux, sans sulfate
– facilement transportable
– économique
– efficace

Ne cherchez plus, il est là !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *