Sur la route … du zéro déchet #4

Accompagnement musical proposé : Les cheveux longs – Les Gordon

Accompagnement gustatif proposé : Nouilles chinoises – Tasting Good Naturally

Comme promis dans le deuxième volet de cette série sur le Zéro Déchet, cet article sera consacré uniquement aux soins des cheveux au naturel et en générant le moins de déchets possible.

A l’instar de nombreuses personnes, j’ai débuté dans les soins au naturel via le site Aroma-Zone. Ultra complet, doté de descriptifs intéressants, pourvu de plantes souvent bio, c’est une véritable mine d’or pour débuter. Néanmoins, j’aimerais émettre plusieurs bémols : il pousse férocement à la consommation, le zéro déchet est très loin d’être un objectif (encore que j’ai récemment reçu un mail indiquant leurs efforts sur ce sujet) et les plantes viennent bien souvent de pays lointains.

Ce site est à utiliser avec modération, on a bien trop tendance à se perdre dans les mille et une recettes proposées et les dizaines de produits disponibles par catégorie ; j’ai cédé comme beaucoup aux achats compulsifs sur ce site et, comme beaucoup, je l’ai regretté trois mois plus tard, en constatant tristement que la super-poudre-méga-géniale-qui-te-faisait-des-cheveux-de-princesses-Disney avait son équivalent dans la cuisine.

Revenons à nos cheveux et au zéro déchet.

Contrairement à ce que nous enseignent sympathiquement toutes les publicités, se laver entièrement les cheveux, racines et longueurs, n’est pas nécessaire. C’est le cuir chevelu qui est le plus sale, c’est à lui d’être lavé correctement, l’eau qui coule ensuite sur les longueurs suffit amplement – sauf en cas de bain d’huile, évidemment. Toujours contrairement aux recommandations et aux injonctions à « utiliser [untel produit] chaque jour, sans contrainte », il n’est absolument pas obligatoire de se laver les cheveux tous les jours. Nous sommes nombreu.x.ses à connaître le combo « racines grasses/pointes sèches » qui provient bien souvent de lavages trop fréquents et trop agressifs. En lavant le cuir chevelu tous les jours, le sébum est éliminé trop rapidement, ce qui provoque un stress … Qui conduit à une surproduction d’icelui. Concernant les longueurs, ne pouvant profiter du soin naturel qu’est le sébum et agressées tous les jours, elles s’abîment et sèchent. Mais tout cela arrange bien tout le monde : les industriels pour fabriquer leurs produits, les publicités qui pourront promouvoir les masques pour réparer leurs propres bêtises et les marques qui élargissent leur gamme.

On reprend donc et on résume : lavage moins agressif, moins régulier et sans déchet ? Fastoche, il existe une dizaine d’alternatives au moins, mais seules quelques unes ont été ciblées ici.

  • Le bicarbonate de soude allié au vinaigre de cidre (AntigoneXXI)
  • Des décoctions comme celle de lierre
  • Le henné qui est en plus un soin incroyable – coloré ou non
  • La poudre de pois chiche (LeCorpsLaMaisonLEsprit)
  • Les argiles comme le Rhassoul, l’argile verte, violette, blanche … (LaLouveBleue)
  • Les poudres ayurvédiques telles que le Shikakaï, le Kachur, le Kapoor, le Sidr … (Herbiotiful)

Je joue ma faignasse de Française et vous renvoie aux blogs que je dévore depuis des années qui sont bien plus aptes que moi pour expliquer les démarches à suivre. Pour la décoction de lierre, je n’ai trouvé d’article à ce sujet spécifique aux cheveux mais uniquement pour de la lessive ; j’ai néanmoins testé à deux reprises et ça marche ! Quant au henné, les articles sont légions mais jamais uniquement sur le lavage à proprement parler. Sachez simplement qu’après une pose de henné, même après ajout de plusieurs ingrédients (miel, sirop d’agave, banane, avocat etc …), il suffit de bien rincer et de correctement peigner ses cheveux pour qu’ils soit totalement propres.

On ne va pas se mentir, ces différentes méthodes peuvent être déstabilisantes. Se laver les cheveux avec une décoction de lierre est, par exemple, une expérience à ne pas faire juste avant un rendez-vous galant car il faut maîtriser la chose pour ne pas se retrouver avec les cheveux exactement dans le même état qu’auparavant. Idem pour la farine de pois chiche ou le Rhassoul. Oui, ça demande un peu d’effort, une certaine constance même après les échecs et le pardon de nos proches lorsqu’on marche à côté d’eux dans les rues, le crâne un peu trop brillant suite à une tentative de lavage aux fleurs de pâquerettes.
Mais quand ça marche … Et bien franchement, on ne peut qu’être fier de soi. Parce que c’est un joli pied de nez à la société de consommation, parce qu’on change forcément de regard sur nous-mêmes (et oui, être obligé.e de s’accepter avec les cheveux gras car en phase d’espacement de shampoing ou à la suite d’un raté, c’est assez troublant) et parce qu’on apprend aussi le cheminement de pensée qu’ont du suivre les inventeurs des produits … à notre tour d’innover et de jouer à Géo Trouvetou !

De plus, si l’on cherche un endroit où réduire rapidement nos déchets, c’est sur le bord de la douche qu’on peut trouver notre bonheur. De manière générale, un cheveu correctement soigné (donc lavé en douceur et moins souvent) aura besoin de peu de soin. Un lavage adapté, un peu d’Aloe Vera si besoin, une huile trouvable en magasin alimentaire et cela doit suffire. Bien sur, des soins mensuels sont un plus si l’on souhaite acquérir une grande longueur de cheveux avec ces derniers en bonne santé mais encore une fois, pas besoin d’acheter des bouteilles plastiques contenant autant de dérivés de pétrole à l’intérieur qu’à l’extérieur. Un avocat, du lait végétal riche, un peu de douceur et de patience … Peu de choses sont nécessaires.

D’aucun trouveront futiles de s’intéresser autant à de simples poils de tête (oui, dit comme cela …). Néanmoins, il ne faut pas oublier que les cheveux sont la seule partie de notre corps que l’on peut changer de A à Z. De la teinte blanche à la noir bleutée, rasé, jusqu’au genoux, raides ou frisés … on peut absolument tout changer et cela peut être important pour certaines personnes. Malgré tout, une cape de cheveux n’est guère différente d’un beau manteau de marque : c’est joli, ça peut tenir chaud, mais plus on apprendra à se défaire de l’importance de notre apparence, mieux on vivre parmi le regard des autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *