Sur la route … du zéro déchet #1

Accompagnement musical proposé : Respire – Mickey 3D

Accompagnement gustatif proposé : Gâteau à la carotte

La mouvance du zéro déchet a le vent en poupe, c’est le moins que l’on puisse dire : blog, maison consacrée, livres … le tout pendant que de nombreuses personnes ne trient même pas ce qui est recyclable du reste.

Comment comprendre la dichotomie très forte qui s’opère alors ? Un manque de volonté ? Une impression de ne compter pour rien dans la masse mondiale ? Une difficulté trop importante ?

Qu’importe au fond, puisqu’il n’y a qu’une chose à dire : le zéro déchet, pris point par point, n’est en aucune façon compliqué. De même, la raison exacte du non-investissement dans le tri n’est pas intéressante, que ce soit par désintérêt, par flemmardise ou autre, vous trouverez toujours une bonne raison pour diminuer votre impact. Plus vous réduirez vos déchets, moins vous aurez de tri à effectuer par exemple, c’est tout bénéf, on peut même pousser jusqu’à parler d’un accord win-win …. (!)

Il est vrai que pour les personnes qui trient scrupuleusement, c’est rageant de constater que les grandes institutions ne changent que lentement  ou que, parfois, tous les déchets se retrouvent au même endroit pour y être brûlés ou enfouis …

Il ne faut pas désespérer pour autant, au contraire. Si l’Etat ne prend pas suffisamment soin de ses emballages jusqu’à leur mort, il ne tient qu’à nous de boycotter au maximum lesdits emballages. Ici, les raisons invoquées sont pléthoriques : réduction du poids des courses, diminution du prix, diminution du niveau de notre poubelle, pas de perte de temps pour déballer nos produits, réduction du coût environnemental en amont de la chaîne … Un bémol sur le bio ici, il n’est pas rare de trouver des produits bio, labellisés etc sur-emballés. En ce cas, soit on boycott aussi ces produits, soit on prend la peine d’écrire au siège – à plusieurs et à plusieurs reprises s’il le faut (et il le faut) – pour exiger un changement.

En soit, il n’est vraiment pas compliqué de diminuer ses déchets, en revanche on peut être effrayé.e par la tâche qui nous attend si on vise tout de suite le fameux bocal de Béa Johnson. Pourtant, si on passe déjà de 52 poubelles par an à 40, c’est un grand pas qui est fait, d’autant que c’est le genre d’acte qui, une fois bien enclenché, ne peut que s’accélérer.

Une simple prise de conscience au départ, sans même d’action immédiatement, change notre regard. Avant de m’intéresser à la réduction des déchets, j’avais beau être végétalienne, je ne prenais pas en compte les emballages dans les produits achetés. Il m’a suffit de lire quelques articles pour être effarée lors de mes passages dans les magasins (bio ou non, mention spéciale pour les non), de l’amoncellement monstrueux des emballages, pour beaucoup totalement inutiles. De là est né un désir de changer tout cela. D’où cet article sur le zéro déchet !

Après cette rapide introduction, nous verrons comment, pièce par pièce et pas à pas, nous allons pouvoir réduire nos déchets dans nos maisons pour dépendre chaque jour un peu moins d’un système brutal et néfaste pour les êtres vivants.

2 réponses sur “Sur la route … du zéro déchet #1”

  1. Ah Béa Johnson, ma sœur m’en avait parlé un jour ! C’est vrai que c’est de plus en plus « tendance ». Enfin, on met des guillemets, parce qu’on aimerait que ce soit vraiment à la mode. Ça serait une révolution, on peut toujours rêver…

    Je n’ai pas encore lu tes autres articles sur le sujet, mais je pense que le zéro déchets s’obtient par un changement radical de notre façon de vivre : alimentation, jouets pour les enfants, achats divers et variés (et souvent inutiles qui vont partir à la poubelle), trop de fringue, etc.

    Je suis inscrit dans une amap. Je pense que cela a été sans m’en rendre compte, le premier pas vers la réduction de déchets., car cela constitue autant de nourriture qui ne sera pas achetée emballé (légumes ou autre). Le reste est une question de réflexion, d’organisation et de remise en question. Merci pour ces article, je vais m’empresser de lire les autres. 😉 Fethi

    1. Oh oui, ça serait super si ça devenait la norme … pour une fois qu’une norme serait intéressante, ça changerait ! Bien d’accord avec toi, c’est un changement profond de mode de vie qu’il faut entamer. Et ce n’est pas si difficile en plus 🙂 c’est drôle, toi aussi c’est venu de l’alimentaire et sans vraiment y penser visiblement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *